French Dutch English

Place de Verdun
77440 Lizy-sur-Ourcq

01 60 01 70 35

Facebook

Aujourd'hui

> 9h - 12h
> 14h - 17h30

 Nos horaires Voir nos horaires
Guide des entreprises et professionnels » Ressources humaines » Réglementation du travail » Santé et sécurité au travail » Que doit faire l'employeur en cas de décès d'un salarié ?

Que doit faire l'employeur en cas de décès d'un salarié ?

En cas de décès d'un de ses salariés, l'employeur a des obligations qui sont différentes selon la cause ou les circonstances du décès. Le décès entraîne la rupture automatique du contrat de travail.

Si le décès du salarié est dû à un accident de travail mortel, l'entreprise doit :

  • effectuer, dans les 48 heures au plus tard, une déclaration d'accident du travail (professionnels) auprès de la caisse d'assurance maladie dont dépendait le salarié

  • informer le CHSCT (particuliers) qui doit réaliser une enquête et établir un rapport.

En cas de décès d'un salarié en dehors du lieu de travail, l'employeur n'a pas de démarche préalable à effectuer.

Le décès est par nature un cas de Événement exceptionnel, imprévisible et irrésistible justifiant de s'exonérer d'une obligation, d'un engagement ou d'une responsabilité (par exemple : catastrophe naturelle pour un contrat d'assurance, décès pour un contrat de travail...) (professionnels) et entraîne la rupture automatique du contrat de travail.

L'employeur doit alors :

  • établir le bulletin de salaire et le solde de tout compte, mentionnant les salaires, congés, primes dus,

  • radier le salarié du registre du personnel de l'entreprise,

  • mentionner sur la DADS les sommes versées aux ayants droit du salarié décédé,

  • en informer les organismes sociaux : Urssaf, Pôle emploi, mutuelle, médecine du travail, caisses de retraite, etc.

L'employeur doit verser soit au notaire chargé de la succession, sur présentation d'un acte de décès ou d'un acte de notoriété (particuliers), soit aux ayants droit du défunt munis d'un certificat d'hérédité (particuliers) :

En plus du capital décès versé par la sécurité sociale, les ayants droit peuvent prétendre à un capital décès d'un organisme assureur si le salarié décédé était cadre.

Par ailleurs, l'employeur peut être tenu, par accord collectif, usage d'entreprise ou engagement unilatéral, de verser une rente à l'époux(se) ou partenaire de Pacs survivant ou aux orphelins du salarié décédé. Cette rente est soumise aux cotisations sociales, à la CSG et à la CRDS.

A savoir

À savoir :  l'employeur n'est pas redevable d'une indemnité de rupture vis-à-vis des héritiers du salarié décédé, car la rupture n'est pas de son fait. Sauf s'il s'agit de l'indemnité de licenciement (professionnels) ou de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle (professionnels), si l'une de ces procédures étaient en cours.

Références